Le Lévirat ou l’autre visage de la famille

En collaboration avec Angélique Kapinga Tshiyembe.

Pour lever le voile sur une loi coutumière aujourd’hui remise en cause. Une belle page de l’histoire africaine d’une famille, de l’histoire de leur pays, la République Démocratique du Congo, un pays en plein devenir.

À la mort de Tshimpanga, Kassaka Wa Lukengu partit avec sa famille s’installer dans la petite ville de Tshidimba, sur le territoire de Dibaya, près du Kasaï-Occidental. Veuve et mère de trois filles, Kassaka dut se plier à la loi coutumière du Lévirat selon laquelle la femme du défunt ou la sœur de la défunte est obligée d’épouser son beau-frère de gré ou de force. Un véritable mariage forcé, presque un viol, mais un viol admis. L’homme africain se doit de faire preuve de sa virilité. Il est chasseur, libre, fort, et choisit sa proie comme il l’entend, et la femme africaine est une proie soumise au lévirat…

Publicités