Naître fille, n’être qu’une fille

wattel-nai%cc%82tre-fille-1er-couverture

En collaboration avec Monique Delfosse.

Œuvre autobiographique, de mémoire et d’écriture, cet ouvrage présente l’histoire d’une femme, ta grand-mère, qui n’eut pour malheur, aux yeux de son père fantasque, coureur, baroudeur, incontrôlable et mysogine – il vaut mieux arrêter là – que de naître fille, juste une fille. Il n’est qu’un simple regard sur ma vie et sur ceux qui la partagèrent, cette mère et ses grands-parents si présents et tant aimés, et puis sur cet homme qui partagera ma vie et illuminera chacun de mes jours jusqu’aux flaques de pluie.
Cet ouvrage n’a pour ambition que de lever le voile sur un passé pas si lointain, mais si méconnu, sur des êtres qui ont forgé ma vie, nos vies. Puisse-t’il être pour toi, ma petite fille, et pour les générations futures, un souvenir précieux et vous donner l’envie, le goût de mieux connaître ces êtres qui  par leur présence et leur amour ont fait de moi, et finalement de toi, les êtres que nous sommes. Ils sont nos racines et nos repères, ils sont notre rassurance, même si nous ne sommes que des filles.

De mon enfance avec mes parents, il me reste en souvenirs la tristesse de ma mère, les mauvais coups de mon père et l’amour sans limite de mes grands-parents. Enfant, on s’en fout, je m’en suis moquée. Je savais que mes grands-parents et maman m’aimaient et c’était le plus important. C’est avec le temps que cela devient affreux. Mais tant pis, même si je me dis que je donnerais n’importe quoi pour entendre le rire de ma mère, partager des sourires et des câlins avec mes grands-parents, ne serait-ce qu’une seule fois. Eux si discrets, si hostiles à l’étalage de leurs sentiments. Leur passé était le mien. J’aurais dû essayer de savoir, mais mon attachement est resté sans curiosité. J’ai reçu tout ce qu’ils m’ont donné sans rien demander, sans vouloir plus et aujourd’hui je ne sais rien de plus.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :